Abandon d’animaux de compagnie : les coulisses

Abandon d’animaux de compagnie : les coulisses

Publié Juin 12, 2020.
alt here
Virginie Roger, TSAc, CCRP, M.Sc. Kinésiologie
Technicienne en santé animale certifiée, Certifiée en réadaptation physique canine, Baccalauréat et Maîtrise en kinésiologie

Des milliers d’animaux de compagnie sont abandonnés chaque année, trois fois plus lors de la grande période des déménagements. Vivre un abandon marque la vie à tout jamais, mais parlons des conséquences qui y sont rattachées, parlons de l’autre côté de la médaille.

L’abandon dans la rue et « dans la nature »

Certains décident de laisser leur chien, chat, lézard, lapin, tortue, oiseaux, aller librement dans la nature. Un animal ayant été gardé et élevé en captivité ne pourra pas survivre seul, sans humains, à l’extérieur. Que ce soit faute de nourriture, d’abris, d’adaptation à la température, l’attaque d’un prédateur ; la majorité ne survivra pas très longtemps et vivra une fin de vie affreuse.

Abandon d’animaux de compagnie : les coulisses

D’un autre point de vue, libérer une espèce qui n’appartient pas à notre faune québécoise peut aussi s’avérer problématique. Par exemple, les adorables petites tortues à oreilles rouges. Très populaires il y a quelques années, les propriétaires les délaissent lorsqu’elles deviennent trop grosses ou se lassent d’elles au fil du temps, puisqu’elles peuvent vivre plus de 50 ans en captivité. Leur libération intentionnelle dans les cours d’eau a causé un lot de déséquilibres dans les habitats qu’elles colonisent et elles y sont maintenant de redoutables envahisseurs.

Les maladies

Le stress causé par l’abandon crée une chute drastique du système immunitaire et, par le fait même, le développement des maladies. Les animaux errants en augmentent donc la propagation. Ils pourraient contaminer leurs congénères et pourraient aussi contaminer les humains. Les zoonoses sont des maladies transmissibles d’animaux à humains telles que la rage, la leptospirose, certains parasites, etc. Par exemple, des chats errants utilisant les carrés de sable des enfants comme litière peuvent les contaminer avec des parasites extrêmement dangereux. Mais attention, il ne faut pas se méprendre ici entre les animaux errants et ceux de votre voisin! Ces derniers sont vaccinés et protéger contre les parasites, ils peuvent donc se promener librement sans problème.

Abandon d’animaux de compagnie : les coulisses

Surpopulation animale

Les animaux non stérilisés se reproduisent à une vitesse folle ! Une conséquence directe de l’abandon d’animaux est la surpopulation animale au Québec. Saviez-vous qu’une chatte peut avoir 5 portées par année, chacune incluant 5 à 6 chatons ? Un couple de chats errants peut rapidement peupler le quartier et devenir nuisible.

Abandon dans un logement

La détresse des animaux laissés derrière suite à un déménagement est évidente. Ces animaux sont retrouvés en piteux état et les soins nécessaires pour les remettre sur leurs pattes sont énormes. Aussi, il ne faut pas oublier les dégâts que cela entraine dans les résidences directement. À la recherche de nourriture pour survivre, ils tentent de grimper, d’ouvrir les placards, de gratter. Ils défèquent et urinent partout et des dommages matériels entrainent des coûts faramineux. Ce genre de scénario n’aide pas les propriétaires de logements octroyer le droit aux locataires d’avoir des bêtes. Le respect est de mise afin d’augmenter la tolérance et la confiance afin de favoriser la cohabitation avec nos fidèles compagnons.

Abandon d’animaux de compagnie : les coulisses

Refuges à pleine capacité

Abandon d’animaux de compagnie : les coulisses

Les refuges sont là pour vous aider. Ils prennent en charge les animaux et leur prodiguent des soins lorsqu’il vous est impossible de les garder. Ils sont aussi l’endroit de choix pour vous permettre d’adopter un nouveau membre dans la famille en offrant une deuxième chance à ceux y ayant été laissés. Cependant, la surpopulation les oblige souvent à réaliser beaucoup plus d’euthanasies que celles nécessaires, faute d’espace.

Finalement, sachez que de se départir d’un animal est une aussi grande responsabilité que celle d’en adopter un. Selon la loi fédérale, se départir d’un animal en le laissant simplement derrière est considérée comme de la cruauté animale. Il y a toujours une option pour s’assurer de leur bien-être : chercher une nouvelle famille au sein de votre entourage, l’annoncer sur internet, contacter les refuges et SPCA de votre région ou votre vétérinaire. En vous souhaitant ne jamais avoir à faire face à cette situation, bon déménagement!