Publié le 9 février 2017

Comprendre les oiseaux domestiques

La Coopérative de solidarité d’entraide pour la survie des perroquets (CO-ESP) est fière de s’associer à Mondou dans le but de bien renseigner les amateurs d’oiseaux et particulièrement ceux qui cohabitent ou qui désirent cohabiter avec des membres de la gent ailée.

Qu’est-ce que la CO-ESP ?

La CO-ESP a été fondée en 2013 avec la mission de réunir les intervenants engagés dans les causes de protection des animaux, pour établir un sanctuaire de vie spécifique pour les perroquets sous la forme juridique d’une coopérative, afin d’assurer la pérennité financière requise pour répondre à long terme aux besoins grandissants des perroquets du Québec.

Les perroquets nécessitent des aménagements différents, à la grandeur de leur besoin de voler. Par ailleurs, la question de la longévité de plusieurs espèces de perroquets demeure un incontournable : jusqu’à trois fois plus importante que les autres espèces domestiques.

La CO-ESP désire se positionner au sein du mouvement international de protection des animaux afin d’établir des principes, des balises spécifiques à la qualité de vie à long terme de ces animaux si magnifiques que sont nos perroquets. Nous croyons que le bien-être des perroquets, tout comme celui des autres animaux, est l’affaire de tous.

Nous vous invitons à devenir membre afin de nous aider à réaliser ce grand projet qui répond à des besoins pressants et primordiaux.

Les oiseaux domestiques

Voici donc un bref générique des espèces d’oiseaux communément gardés dans nos maisons, et ce qui les différencie plus particulièrement.

Contrairement aux chiens et aux chats, qui appartiennent tous à une même espèce respective, les oiseaux sont classés selon une nomenclature qui englobe plus de 10 000 espèces. Quelle que soit sa race, un chien ou un chat reconnaît aussitôt un autre chien ou chat comme son congénère, mais il en va autrement pour les oiseaux, dont la génétique peut varier beaucoup d’une espèce à l’autre. Les oiseaux se reconnaissent entre eux comme des oiseaux de différentes espèces.

Il y a bien sûr des gens qui gardent des pigeons ou des tourterelles en captivité, voire même des oiseaux de proie (en particulier les faucons), mais ce n’est qu’une minorité. D’ailleurs, la garde en captivité de certaines espèces nécessite un permis du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec. C’est pourquoi nous nous attarderons dans cette chronique aux espèces les plus couramment gardées comme animaux de compagnie dans nos maisons, soit les membres des ordres Passériformes, dits becs droits, et Psittaciformes, dits becs crochus.

Dans les deux cas, il s’agit d’animaux qui sont des proies et non des prédateurs tels que les chiens et les chats. Lorsque menacées, les proies choisiront plutôt de s’enfuir et le choix d’attaquer sera celui du dernier ressort. C’est un élément important à se rappeler lorsqu’on désire interagir avec des oiseaux. Les proies ont les yeux sur les côtés de la tête tandis que les prédateurs ont les yeux sur le devant de la tête. Par ailleurs, à l’opposé de nos mammifères de compagnie prédominants, les oiseaux ne peuvent pas être stérilisés et le fait qu’ils demeurent sexués constitue un autre élément dont on doit tenir compte lors de nos interactions avec eux.

Passériformes

Les passériformes (« passereaux ») englobent plusieurs espèces d’oiseaux dits « de cage » ou « de volière » — par exemple les pinsons et les canaris. Ce sont de petits oiseaux à bec droit qui possèdent trois doigts de pieds vers l’avant et un seul vers l’arrière. Comme les passereaux comptent plus de 6000 espèces à eux seuls, ils affichent une grande variété de formes, de coloris et de vocalisations allant d’un discret gazouillis aux puissants trilles du serin chanteur. Ce sont souvent des oiseaux très sociables mais difficilement apprivoisés à l’humain, car ils préfèrent nettement la compagnie de leurs congénères. Ils manifestent toutefois une joie de vivre naturelle qui comblera les humains qui les entourent.

Psittaciformes

Les psittaciformes incluent les perroquets et perruches, tous des oiseaux à bec crochu qui affichent deux doigts de pieds vers l’avant et deux vers l’arrière. On y retrouve près de 400 espèces d’oiseaux qui varient en taille et en poids, d’une trentaine de grammes à au-delà de 1500 grammes. Comme chez les passériformes, plusieurs espèces sont disponibles en une multitude de mutations de couleurs. Les becs crochus peuvent souvent émettre des cris stridents, particulièrement les espèces dont le milieu naturel est très humide, car ils doivent communiquer malgré cette barrière d’humidité « pesante » et ont développé de puissantes voix à cet effet. On peut la plupart du temps différencier les perruches des perroquets par leurs longues queue en pointe alors que celles des perroquets sont relativement courtes et coupées carrées. Par ailleurs, les perroquets jouissent fréquemment d’une dextérité du pied qui n’est pas égalée chez la perruche.

Voici des exemples de passériformes et de psittaciformes qui se retrouvent communément dans les domiciles en compagnie des humains (on observera notamment les variantes de becs, de doigts de pieds et de queues) :

Illustrations : passériformes

Serin du Mozambique
Serin du Mozambique

Diamant de Gould
Diamant de Gould

Canari
Canari

Illustrations : psittaciformes

Perruche ondulée
Perruche ondulée

Perruche calopsitte, « cockatiel »
Perruche calopsitte,«cockatiel »

Amazone à front bleu
Amazone à front bleu

Tout pour vos oiseaux !

Os de seiche, grand
2,99 $
Nouveau
Cascade de soie pour moyens et grands oiseaux à bec cro
19,99 $
Nouveau
Cage pour oiseaux de taille moyenne, haute, grillage ét
169,99 $
Gâteries aux fruits exotiques pour grande perruche
à partir de
5,99 $
Supplément alimentaire pour oiseaux en mue
à partir de
4,99 $

Référence

Oiseaux.net. Les oiseaux du monde.

Vidéos illustratives

Becs droits : Chants d’un serin du Mozambique femelle / Chants d’un canari mâle.

Bec crochu : Perruche ondulée mâle douée pour la parole.

Aux oiseaux !

Danyèle Vachon et Claire Versailles

CO-ESP